Résolution

Publié le par Mouvement Démocrtique et Social -Algérie

                               
67, Bd Krim Belkacem (ex Télemly), Alger. Tel - fax 017 08 78 88 /  021 63 89 12 Mail :
mds_algéria@yahoo.fr
     Fédération d’Alger


Mouvement Démocratique et social

                                         N° de compte : 397…11820 Trésorerie Centrale 02 . ave . du 1er novembre Alger


Résolution

 

Le Conseil National du MDS s’est réuni le jeudi 29 janvier 2009 au niveau du siège central du Mouvement. Il a débattu de la situation politique internationale et nationale, de l’échéance des élections présidentielles et de la préparation de la « Conférence Nationale des Démocrates pour la Résistance Citoyenne ».

 

Les prochaines élections présidentielles se tiendront dans quelques semaines, dans un climat d’incertitude, même si  le chantage au troisième mandat paraît faire que les résultats de ces élections sont déjà connus. La conjoncture nationale est marquée par le recul sur tous les fronts politique, économique et culturel. La situation se dégrade sur fond d’une grave crise économique mondiale qui remet en cause l’orientation néolibérale et dont le pouvoir ne semble pas encore mesurer l’impact. Bouteflika  reste en effet prisonnier de l’alternative entre la rente et la fuite en avant néolibérale.

 

Le bilan du pouvoir  est si lourdement pénalisant que les perspectives de reprise de la croissance réelle s’en trouvent dramatiquement compromises malgré les sacrifices inouïs consentis par la société et les entreprises. La conséquence c’est que la fracture sociale va en s’élargissant, que  la pauvreté s’accroît au point où on meure de faim dans un contexte pourtant  marqué par une aisance financière exceptionnelle qui pousse au développement des pratiques spéculatives et mafieuses qui dévitalisent l’économie productive, publique et privée, accentuent le discrédit de l’Etat et accroissent le désespoir des larges couches de la population, notamment de la jeunesse, qui ne voit de perspective que dans la harga.

 

L’échec stratégique de la politique économique et sociale, reconnu par Bouteflika lui-même, est le résultat d’une démarche qui a exclu toute opposition au pouvoir, marginalisé la société civile, rétréci le champ des libertés démocratiques et dévitalisé les forces vives de la nation. Le pouvoir a tout confisqué, la richesse et les élections. Le scrutin  présidentiel est verrouillé par les amendements apportés à la constitution en appui sur un parlement corrompu, et la soumission de l’ensemble des institutions de l’Etat au pouvoir exécutif. L’élection à venir vise à consacrer la fuite en avant despotique et autoritaire, l’opacité dans la gestion des affaires publiques, l’exclusion des citoyens. Elle fait peser de lourdes menaces sur l’avenir démocratique de notre pays.

 

Le Conseil National considère qu’il ne s’agit pas de se soumettre à la fatalité, boycotter ces élections ou de leur tourner le dos, mais de s’y opposer par tous les moyens pacifiques. Il s’agit d’empêcher la reproduction du système qui bloque le pays, et de trouver une solution alternative.

 

Les forces politiques et sociales démocratiques et patriotiques sont interpellées pour agir ensemble afin de redonner confiance à la société pour laquelle le rejet des élections qui concernent son avenir n’a d’égal que l’intérêt pour le suffrage universel quand il se déroule ailleurs, dans les Etats qui respectent la souveraineté des peuples.

 

C’est aussi cette aspiration au respect de la souveraineté des peuples qui s’est exprimée à travers la dénonciation  de l’agression israélienne barbare du peuple palestinien à Ghaza. Elle montre qu’Israël et les Etats-Unis sont prêts à commettre les crimes les plus abjects pour se soumettre la région  et faire avancer au pas de charge le plan américain du Grand Moyen-Orient, quitte à marcher sur les cadavres des peuples de la région. Les foyers de tension (Iran, Irak, Palestine, Somalie, frontières occidentales et sud de l’Algérie, Soudan, Tchad, pays des grands lacs en Afrique…) tracent les contours d’une restructuration programmée des Etats, sur la base des intérêts stratégiques de l’Occident fortement menacés par les pays émergents qui remettent en cause leur hégémonie et pèsent de plus en plus sur le rapport de forces mondial.

 

Cette agression constitue un tournant en ce sens qu’elle a révélé les limites des partis/Etat de la coalition présidentielle agrégés autour de la rente et des intérêts néolibéraux et coupée de la société,  souligné l’échec de la prétendue réhabilitation de l’Algérie sur la scène internationale, et qu’elle a disqualifié l’ensemble des pouvoirs arabes despotiques tout en précisant la menace qui pèsent sur la stabilité et la sécurité de toute la région.

 

En Algérie, le grand mouvement de solidarité populaire, qui a forcé les autorités à autoriser les marches, a révélé de manière cinglante la générosité de la société qui s’est mobilisée, à la fois contre l’agression dont a été victime le peuple palestinien, et contre le système. Un système en décalage avec la société, ses aspirations et besoins, et qui empêche le pays de se préparer à affronter les défis qui s’annoncent à l’échelle de la planète. 

 

Le MDS considère que pour faire face aux difficultés à venir, en liaison avec l’approfondissement de la crise économique mondiale et les menaces sur la paix, il devient impératif de consacrer l’alternance démocratique comme un puissant levier de changement. 

 

C’est dans cette perspective que le Mouvement appelle à la tenue d’une conférence des démocrates pour la résistance citoyenne ; Une initiative qui doit cristalliser les progrès de la conscience sociale et lui donner une représentation politique digne des efforts et sacrifices de la société, loin des calculs politiciens et des querelles secondaires.

 

Le Conseil National

 

Le 29 janvier 2009


 

اجتمع المجلس الوطني للحركة الديمقراطية الاجتماعية يوم الخميس 29 جانفي 2009 في المقر المركزي للحركة  ناقش الوضعية السياسية الدولية و الوطنية و استحقاق الانتخابات الرئاسية و تحضير " الندوة الوطنية للديمقراطيين للمقاومة المواطنية ".

            سوف تجري الانتخابات الرئاسية بعد أسابيع في جو من الريبة و الشك، حتى و إن كان ابتزاز العهدة الثالثة يشير إلى أن نتائج هذه الانتخابات معروفة مسبقا. تتميز الظروف الوطنية بالتقهقر على كل الجبهات السياسية، الاقتصادية و الثقافية. الوضعية تتدهور على قاعدة أزمة اقتصادية عالمية تعيد النظر في التوجيه الليبرالي الجديد، و لا تبدو السلطة قد قدرت مداها. يبقى بوتفليقة أسير البديل بين الريع و الهروب النيوليبرالي إلى الأمام.

            حصيلة السلطة مؤلمة إلى درجة أن آفاق استئناف النمو الفعلي مشكوك في أمره رغم التضحيات الجسام التي رضي بها المجتمع و المؤسسات. النتيجة هي أن الفاتورة الاجتماعية تتوسع، الفقر يزداد إلى درجة أن الناس تموت جوعا في سياق يتميز برخاء مالي استثنائي يدفع إلى تنمية ممارسات مضاربية و مافياوية تـُـفقد الاقتصاد العام منه و الخاص حيويته الإنتاجية، تزيد في فقدان سمعة الدولة و تنمي يأس فئات واسعة من السكان، خاصة فئة الشباب، التي لا ترى أفقا إلا في الحرقة.         

            الفشل الاستراتيجي للسياسة الاقتصادية الاجتماعية، المعترف به من طرف بوتفليقة نفسه، هو نتيجة لمسعى أبعد كل معارضة للسلطة، همش المجتمع المدني، ضيق على مجال الحريات الديمقراطية و أفقد القوى الحيــــة للأمة حيويتــــــها. لقد صادرت السلطــــة كل شيء، الثـــروة و الانتخابات. الاقتراع الرئاسي حبيس التعديلات التي أدخلت على الدستور استنادا إلى برلمان مرتشي، و إخضاع مجمل أجهزة الدولة للسلطة التنفيذية. تهدف الإنتخابات القادمة إلى تكريس الهروب إلى الأمام الاستبدادي و التسلطي و العتامة في إدارة الشؤون العامة و إقصاء المواطنين. إنها تشكل تهديدات خطيرة للمستقبل الديمقراطي لبلادنا.   

            يعتبر المجلس الوطني أن الأمر لا يتعلق بالخضوع للحتميـــة، مقاطعــة هذه الانتخابات أو إدارة الظهر لها، بل الأمر يتعلق بمواجهتها بكل الوسائل السلمية. إن الأمر يتعلق بمنع إعادة إنتاج النظام الذي يشل البلاد، و إيجاد حل بديل.      

            إن القوى السياسية و الاجتماعية الديمقراطية و الوطنية مدعوة للسعي معا بهدف إعادة الثقة إلى المجتمع الذي، بالنسبة له، فإن رفض الانتخابات التي تهم مستقبله لا تضاهي سوى اهتمامه بالانتخابات العامة حين تجري في الخارج، في الدول التي تحترم سيادة الشعوب.    

            إنه أيضا هذا الطموح في احترام سيادة الشعوب الذي يعبر عن نفسه عبر التنديد بالعدوان الإسرائيلي البربري على الشعب الفلسطيني في غزة. إنه يوضح أن إسرائيل و الولايات المتحدة مستعدتان لارتكاب أندل الجرائم لإخضاع المنطقة و إنجاح مشروع الشرق الأوسط الكبير حتى ولو كان ذلك بالسير على جثث شعوب المنطقة. مواطن التوتر ( إيران، العراق، فلسطين، الصومال، الحدود الغربية و الجنوبية للجزائر، السودان، التشاد، بلدان البحيرات الكبرى في إفريقيا...) ترسم حدود إعادة هيكلة للدول، على قاعدة المصالح الاستراتجية للغرب المهددة بقوة من طرف البلدان الناشئة التي ترفض هيمنتها و يزداد ثتقلها في ميزان القوة العالمية.

            يشكل هذا العدوان منعرجا كشف حدود الأحزاب / الدولة للتحالف الرئاسي المجتمعة حول الريع و المصالح الليبرالية الجديدة و المقطوعة عن المجتمع، و يؤكد فشل إعادة الاعتبار للجزائر على الساحة الدولية، كما أنه أفقد أهلية مجمل السلطات العربية الاستبدادية، و يحدد التهديد الذي يتعرض له استقرار و أمن كل المنطقة.

            إن الحركة الكبيرة للتضامن الشعبي، في الجزائر، التي أجبرت السلطات على الترخيص للمسيرات، قد كشفت بشكل كبير كرم المجتمع الذي تجند، ضد العدوان الذي كان الشعب الفلسطيني ضحيته و ضد النظام في الوقت نفسه. إنه نظام متأخر بالنسبة للمجتمع، طموحاته و حاجاته، و هو يعيق البلاد في الاستعداد لمواجهة التحديات التي تلوح على مستوى الكرة الأرضية.

            تعتبر الحركة الديمقراطية الاجتماعية أن لا مفر من تكريس البديل الديمقراطي، باعتباره الحامل القوي للتغيير، لمواجهة الصعاب المقبلة، بالعلاقة مع تعمق الأزمة الاقـــتصادية العالمية و تهديدات السلام، فإنه أصبح.

            في هذا الأفق، تدعو الحركة الديمقراطية الاجتماعية إلى عقد ندوة للديمقراطيين للمقاومة المواطنية؛ مبادرة يتعين عليها أن تبلور تقدم الوعي الاجتماعي و تعطيه تمثيلا سياسيا جديرا بمجهودات و تضحيات المجتمع، بعيدا عن الحسابات الساسوية و الخصومات الثانوية.

                                                                                                                                          المجلس الوطني

29 جانفي 2009




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SortirUnJourDeLaCaverne 07/03/2016 21:58

C'est dommage je trouve que vaux idéeaux nobles et je vous encourage a continuer,mais Il faudrais se moderniser un peut

SortirUnJourDeLaCaverne 07/03/2016 21:50

Avez vous une page facebook ou tweeter ? je souhaite adhérer...

Hmed 10/03/2014 10:06

Bonjour,merci pour ce blog instructif et pour vos engagements.
Je tenai à vous signaler la tenue depuis aujourd'hui en Auvergne d'un hommage à Mohand Said LECHANI un grand pionnier kabyle(voir wikipédia) et celà à l'occasion de l'année Jaurés 2014
Pour plus de détails voir les sites de la mairie de Beaumont(63) et sur kabyle.com
cordialement

MDS 11/11/2012 20:21

67, Boulevard Krim Belkacem - Alger –Tél : 021 63 86 05/ 021 63 86 03 Tél/fax. : 021 63 89 12 mds_pol@yahoo.fr
COMMUNIQUE
Notre pays vit une rentrée sociale particulière. Les citoyens sont révoltés, mais ne sont pas surpris par les problèmes récurrents en rapport avec les conditions de vie et de travail, la flambée
des prix sans précédant touchant des produits de première nécessité, l’impuissance des institutions dont les collectivités locales face aux questions les plus élémentaires telles que l’hygiène du
milieu, les inondations qui paralysent chaque automne la capitale et font de nombreux morts sur tout le territoire, les hécatombes causées par les accidents de la route.
La crise financière et économique mondiale, et les foyers de tension inhérents à cette crise, dont l’abcès de fixation en Syrie, et plus proche de nous, la crise au Mali voisin, rendent la
situation plus complexe et exposent notre pays à subir de nouveaux contrecoups. Les grandes puissances exercent leur pression sur l’Algérie pour cautionner une intervention armée au nord du Mali,
au risque d’embraser toute la région, et d’ouvrir une nouvelle brèche dans les frontières des pays riverains. Au-delà de l’aspiration légitime du peuple malien à rétablir sa souveraineté sur tout
son pays, et des nécessités de la lutte antiterroriste, l’Occident veut défendre ses intérêts stratégiques, même si c’est au détriment des peuples de la région.
Plus que jamais, la situation exige au plan intérieur des institutions fortes et crédibles. L’unité, le patriotisme et la mobilisation pour assurer la stabilité du pays dépendront de la capacité à
promouvoir la diversité, la liberté et à approfondir la démocratie. Ils dépendront de la capacité de l’Etat à redonner l’espoir aux citoyens en développant une économie créatrice de richesses et
d’emplois, en rejetant la misère sociale, en permettant l’accès à la culture, aux sports, aux loisirs pour tous. C’est à ce prix que la confiance entre l’Etat et la société sera rétablie. Or, la
démarche actuelle du pouvoir est contradictoire. D’un côté le gouvernement développe un discours qui veut rassurer sur les questions sensibles : la gestion de l’économie informelle, l’habitat,
l’hygiène, la relance de l’économie productive…, de l’autre il nourrit la même méfiance vis à vis de la société, déplace le débat politique sur le terrain de la morale, et culpabilise les citoyens,
responsables à ces yeux de l’insalubrité, des accidents, du manque de productivité, de l’insécurité… pour nier l’échec de sa politique économique, sociale, culturelle, sportive, sécuritaire… Une
politique qui a favorisé l’émergence de couches parasitaires et prédatrices, désormais représentées dans toutes les institutions de l’Etat, au détriment des forces du travail, de la connaissance et
de la science.
Les citoyens mesurent l’importance pour leur vie quotidienne, des élections locales qui doivent se tenir dans quelques semaines, mais ils ont dépassé la peur des dérapages soulevée par l’agitation
de l’épouvantail islamiste et les risques à nos frontières. Il y a un grand décalage entre la conscience grandissante des citoyens qui veulent dégager des élus les représentant et qui ont le
pouvoir de décision pour apporter les changements impératifs, et la volonté manifeste du pouvoir d’éviter les remous et de repousser les changements parvenus à maturité à une date ultérieure.
La situation que connait le MDS depuis des années est une illustration de la situation du pays et de la démarche du pouvoir. Il agrée à tours de bras des partis qui clament tout haut leur attitude
clientéliste. Tout en reconnaissant que ces organisations, dans leur majorité des satellites du FLN, ne sont pas porteuses de projets politiques, il prend acte des conflits qui agitent ces partis.
Il accepte leurs congrès malgré les querelles permanentes autour d’intérêts étroits liés à la rente et à la spéculation, tout en refusant au MDS le droit d’organiser son congrès et de mener ses
activités. Malgré cette contrainte le MDS poursuivra, de manière autonome, son combat pour la démocratie dans ses dimensions politique, sociale, économique et culturelle, pour le progrès et la
justice sociale, et appuiera toutes les initiatives citoyennes qui vont dans le même sens. Les élections locales constituent un moment dans ce combat. Le MDS appelle donc à sanctionner tous les
partis islamistes et du système qui entravent l’émergence d’un Etat démocratique et social.
Alger, le 10 novembre 2012
Le Secrétaire Général par intérim
Ali Hocine